C cognard bourgogne

Un article de Cognard.

Jump to: navigation, search
Image:c_cognard_lbourgogne.jpg

Les noms de famille en Bourgogne et Franche-Comté (Collection Archives et culture, mai 2000) par Christophe Belser, Irène Besson, Mathilde Bertrand, Christine Boisson, Clotilde Brégeau, Marie-Odile Mergnac

COGNARD ou COIGNARD

A l'origine - Les patronymes Cognard et sa variante plus répandue Coignard, étaient à l'origine un surnom péjoratif attribué à des hommes belliqueux et brutaux. On trouve actuellement près de 3300 porteurs de ce nom en France.

Département de Saône-et-Loire = 500 à 1000
Département de Saône-et-Loire = 500 à 1000

Des libraires et imprimeurs de l'Académie française - Une famille Coignard s'est particulièrement illustrée dans le domaine de l'imprimerie. Le premier est un Charles Coignard, imprimeur et libraire à Paris en 1644, reconnu comme le meilleur de sa profession, mort vers 1677. Son fils Charles Coignard reçut en 1658 le titre d'imprimeur ordinaire du roi puis de libraire de l'Académie en 1687. A sa mort en 1689, l'un de ses fils Jean-Baptiste-Elie Coignard s'établit à Paris à l'enseigne du Livre d'Or. Il continua d'assumer la charge d'imprimeur et de libraire ordinaire de sa majesté et de l'Académie. Il édita en 1694 le premier Dictionnaire de l'Académie. Son fils Jean-Baptiste Coignard, mort en 1735, en réalisa la deuxième impression. Jean-Baptiste Coignard, fils du précédent, édita la troisième édition et imprima le dictionnaire des arts et des sciences. Sans postérité, il vendit ses privilèges mais conserva quelques honneurs dus à la renommée de son imprimerie. Devenu secrétaire du roi en 1752, il gèra les finances royales et celles du Grand Conseil. A sa mort en 1768, sa fortune était colossale.

Un Coignard pris par Vidocq - Pierre Coignard (1770-1834) né à Langeais en Indre-et-Loire, se rendit coupable sous le Directoire de nombreux vols en France et en Hollande. Arrêté et condamné à quatorze années de bagne en 1800, il s'échappa de Toulon cinq ans plus tard, changea d'identité, rejoignit l'Espagne où il devint André-Pierre de Pontis, comte de Sainte-Hélène à la carrière militaire exemplaire d'ancien lieutenant-colonel espagnol, chevalier d'Alcantara ... En 1808, il se battait contre les Français. Arrêté en Catalagne, prisonnier des Espagnols, il s'évada à nouveau. De retour en France, il reçut du maréchal Soult la direction d'un bataillon à Saragosse. En 1814, Coignard-Pontis était fait chevalier de la légion d'honneur ! En 1816, il recevait la croix de Saint-Louis ! Ayant reconstitué une bande à Paris, il fut reconnu par un ancien forçat et arrêté par le redoutable Vidocq. Jugé et condamné aux travaux forcés en 1819, il mourut au bagne de Brest en 1834. Coignard comme Vidocq auraient inspiré à Balzac le personnage de Vautrin dans Splendeurs et misères des courtisanes.

Un administrateur civil bourguignon - Maurice Cognard naquit en 1936 à Charolles en Saône-et-Loire. Après des études de droit, il suivit les cours de l'école nationale de France d'Outre mer et fit carrière dans le secteur des assurances. De 1982 à 1984, il fut chargé de mission auprès du directeur de la Caisse nationale de Prévoyance puis dirigea le groupe GMF-Vie. En 1988, il assura la responsabilité de la logistique à la Caisse des dépôts et Consignations.

Les Cognard ou Coignard dans l'histoire - Parmi les personnages qui portèrent le nom de Cognard ou de Coignard dans l'histoire, citons également : le sculpteur Jacques Cognard, connu pour ses travaux à Paris vers 1623 ; Louis Coignard (c. 1810-1883) originaire de Mayenne, peintre de paysages qui débuta au Salon de 1842 et se passionna pour les scènes de combat de taureaux ; etc

Autres noms de même origine : Cognault (170, Indre-et-Loire), Cogniart (140, Ardennes), Coignard (2800, Ille-et-Vilaine) ...